La natation pour progresser en cyclisme? (Partie 1)

La natation pour progresser en Cyclisme partie 1

Je n’arrêterais pas de le répéter, mais le cyclisme est sans doute le sport le plus en retard au niveau des techniques d’entrainement et sans doute le sport le plus gangréné par des préjugés archaïques.

L’incompatibilité entre la pratique de la natation et du cyclisme en est l’exemple même ! On ne connait pas l’auteur originel de ce triste postulat, mais on peut attribuer sa reprise par le druide : Cyril Guimard. Si l’ancien manager des équipes, Renault, Système U, Castorama et Cofidis a été précurseur et visionnaire dans certains domaines, il ne l’a pas été, sur ce sujet en particulier.

Je trouve cet avis d’autant plus dommageable que les arguments étaient relativement flous.

 

Les bénéfices

 

Et pourtant, les avantages de la natation sont multiples. D’un point de vue physique, la natation met en œuvre à la fois des groupes musculaires différents mais les fait travailler de façon différente.

Un des apports notoires est d’améliorer le gainage. En effet l’être humain n’est aucunement pré-destiné à se déplacer en nageant, la nage se révelle donc comme un mode de propulsion contre nature. L’humain a donc au fil du temps développé différentes techniques de nages qui sont plus ou moins optimales et donc rapides.

Améliorer votre gainage

Le lieu commun de toutes les techniques est de présenter un profil hydro-dynamique le plus optimal possible. Pour cela, il faut réduire le surface frontale au maximum. Pour cela, il faut que le nageur soit le plus en ligne possible. Il donc nécessaire d’utiliser le gainage de sa sangle abdominale et des muscles lombaires pour maintenir les membres du bas du corps sur la même ligne que le haut du corps.
De ce point de vue, les muscles de maintien seront beaucoup plus sollicités que lors de l’activité cycliste. Ceci sera bénéfique lors des longs efforts soutenus en montée ou sur le plat où la position doit être maintenue un long moment sans s’affaisser ce qui réduirait l’efficacité d’autant.
Le second avantage de la natation pour le renforcement des muscles de maintien est lié à notre amie la poussée d’Archimède… Trêve de geekeries je m’explique : vous n’êtes pas sans savoir que pour travailler, classiquement, le gainage, vous devez faire des exercices du type : abdominaux. Abdominaux… Rien qu’à le lire ou l’entendre un pan entier de la population fuit en courant… Et sans doute à juste titre car cela reste des exercices qui demandent une résistance à la douleur et des qualités mentales très importantes.
Cependant en natation, le travail de gainage est moins difficile d’une part car il est réalisé de façon caché puisqu’il a lieu pendant que vous nagez et d’autre part parce que la difficulté est limitée par la poussée d’Archimède qui vous aide à maintenir vos membres inférieurs en position horizontale.

543648-rebecca-adlington-natation-style-libre

Des filières énergétiques rarement solicitées

L’autre avantage de la natation d’un point de vue musculaire est de pouvoir travailler des filières énergétiques qu’on travaille peu en cyclisme. Par exemple la capacité à résister à l’acide lactique (capacité et puissance lactique). Ces qualités qui peuvent être facilement travaillées en natation, le sont beaucoup moins sur le vélo. Néanmoins, elles permettront d’apporter un petit plus lors des démarrages où sur un sprint long. De ce côté-là, la natation est une très bonne école.
De plus ces filières lactiques et alactiques peuvent être travaillées séparément sur les membres du haut du corps et du bas du corps. On peut également ajouter, comme toutes activités de préparation physique (musculation, renforcement musculaire, fitness…), qu’une séance de transfert sur le vélo suivant directement la séance de natation est extrêmement bénéfique afin de profiter au maximum de ce travail qualitatif.

Enfin d’un point de vue organisationnel, la natation présente la possibilité d’être pratiqué même lorsque la nuit est tombée. Elle peut donc être pratiquée en substitution lors de la période hivernale et même en supplément lors de la pleine période.

>> A lire : la suite de cet article

2 thoughts on “La natation pour progresser en cyclisme? (Partie 1)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.