BikePacking — Randonnée ultralégère à vélo

BikePacking — Randonnée ultralégère à vélo

Ultraligth BikePacking — Randonnée ultralégère à vélo

Vous ressentez un besoin de découvrir le monde et le vélo semble être un mode de déplacement qui vous attire, vous êtes peut-être même un cycliste aguerri. Dans ce cas, le BikePacking ou la randonnée (ultra)légère est une idée à creuser, car elle pourrait vous permettre de découvrir de nouveaux horizons sous un autre point de vue que celui de la randonnée à pied (Trekking ou Hiking) par exemple.
 
BikePacking - coucher de soleil au lac des Settons
 

BikePacking ou Bike Touring

Quitte à être un peu précis, il convient, de définir ce qu’est le « BikePacking » et ce qui le différencie du « Bike Touring ». Globalement, on regroupe dans l’intitulé « Bike Touring » toutes les pratiques à vocations de loisir et de découvertes à vélo en itinérance. Il va de soi que cette pratique n’a aucun lien avec la compétition  même le cyclisme d’ultra distance.
Le BikePacking est une frange de la communauté du « Bike Touring ». Cette pratique tend à regrouper les cyclistes qui veulent avoir une pratique itinérante de découverte avec un minimum de bagage, à l’image des « backpackers« . Cette philosophie du voyage a donc des implications matérielles sur l’équipement du cycliste.
Les cyclistes pratiquants le BikePacking vont avoir tendance à réduire au maximum leur bagage autant pour le minimalisme que cela représente que dans un but d’avoir une vitesse de déplacement peu impactée par le poids des bagages et donc le plus élevé possible. On qualifiera l’ « UtraLigth BikePacking » comme la version la plus minimaliste du BikePacking.
L’Utraligth BikePacking, au niveau de la bagagerie, va se limiter à une sacoche de selle, une sacoche de cintre et une sacoche de cadre. Le détail, de ces éléments sera donné dans la suite de cet article.
 

A qui cela s’adresse-t-il?

J’avoue, je trouve la question un peu désuète, mais certaine ce la pose peut être. Globalement tout cycliste capable de faire quelques heures de vélo en continu est capable de se lancer dans l’aventure du BikePacking.
Naturellement, chacun adaptera sa vitesse de déplacement et  la longueur de ses déplacements en fonction de son niveau et/ou sa forme du moment. Il faut juste ne pas être trop ambitieux dans un premier temps et ne pas se lancer sans expérience dans un périple de plusieurs mois!!! Mieux vaut passer les étapes une à une.

BikePacking - queue du lac de Pannessière bikepacking - Basilique Marie Madeleine

Quelle destination choisir?

Dans l’absolue, libre à vous de choisir, mais il y a quelques éléments à prendre en compte.
 
  • La météo
    • la façon dont vous dormez, bivouaquez, va réduire le champ des possibilités. Il est difficile sous certaines latitudes de passer une nuit dehors (en tente ou hamac) sans avoir un matériel spécifique 4 saisons. Or ce matériel est plus volumineux qu’un matériel 3 saisons et peut rendre sa compatibilité avec une pratique de l’Ultraligth BikePacking.
    • De la même manière, en période hivernale, un certain nombre de routes ne seront tout bonnement pas praticables.
  • Les conditions géopolitiques de la région dans laquelle vous partez sont un élément très important. En effet, si l’Europe occidentale et l’Amérique du Nord sont des destinations très sûres pour des cyclistes, ce n’est pas le cas de certaines autres destinations. Il est raisonnable de se renseigner des conditions réelles et des risques que vous prenez dans certaines destinations. Une bonne façon est de consulter le site de la diplomatie permettant d’avoir des informations et conseils différentes destinations et les zones vigilances.
 

Autonomie partielle ou totale?

Je ne vais pas ici vous dictez le choix à faire en termes d’autonomie, mais je veux introduire les différentes possibilités d’autonomie :
  • l’autonomie totale. Dans ce cas, vous embarquerez le nécessaire pour vous nourrir et dormir.Sur les périples au long cours, afin de ne pas prendre toute la nourriture depuis le début, certains font livrer à certains points particuliers des colis de nourriture. Ces colis ne pourront pas être composés de produits frais pour des raisons évidentes, vous ne pourrez vous faire livrer que des produits secs, dont des repas lyophilisés. Cette configuration n’est retenue pas les aficionados et les bikepackers n’ayant pas de que peu de contact avec des zones de ravitaillement.
  • l’autonomie partielle sans repas. Dans cette configuration, vous ne transporterez pas vos repas ce qui n’exclut pas le fait que « vous cuisinerez » (cuisiner dans ce genre de périple est très relatifs!!!) peut-être, mais en vous ayant procurez le contenu de votre repas du jour sur votre chemin. Vous pourrez également vous restaurer sans cuisiner en profitant des restaurants et/ou autres méthodes de restauration! Pour ce qui est du couchage, vous serez autonome! Si vous parcourez des routes avec un peu de population c’est sans doute la formule ayant la meilleure adéquation poids à emporter / flexibilité dans le découpage des étapes.
  • l’autonomie sans repas et couchage. Dans ce cas, vous ne transporterez pas d’élément lié au couchage et de nourriture. Vous logerez chez l’habitant et vous vous restaurerez chez des tiers. Cette façon de faire est connue comme la méthode « carte bleue ». À titre d’information, le site communautaire : warmshower pourra vous permettre de trouver des hôtes pour passer nuit et souper. Cette façon de faire peut être intéressante pour les débutants ou ceux qui souhaitent dormir dans un vrai lit. Cependant, cette manière de faire vous obligera à respecter le découpage en étape de votre périple, car les réservations chez les hôtes se font au moins 3 jours à l’avance.
 

A quelle saison?

Pour ce qui est de la saison, ceci est laissé à la discrétion de tout à chacun. Chaque cycliste est différent et n’aura la tolérance au froid et au chaud. Après la belle saison et longue journée sont de mon point vue le moment le plus sympathique de l’année pour les grands périples.

Le matériel nécessaire

Le vélo

Mine de rien pour faire du vélo, il vous faudra un vélo… La question qui vient naturellement à l’esprit est : « est qu’il faut un vélo spécial pour pratiquer le BikePacking?  » Comme j’ai bien les réponses claires, nettes, tranchées, je répondrais : « Ça dépend… ».
Eh bien oui, ça dépend de votre périple et notamment des routes que vous allez utiliser. En effet, si vous ne faites que de l’asphalte et quelques passages sur de la piste, votre vélo route fera très bien l’affaire. Si la proportion de pistes est plus importance, il conviendra d’utiliser un vélo de type « Gravel Bike ».
Si vous souhaitez vous équiper d’un vélo dédié à votre pratique de BikePacking, je vous conseille grandement de considérer un vélo de type Gravel Bike. En effet, sur ce type de vélo vous pourrez adapter différents types de roues afin de chausser le type de pneumatique qui conviendra le mieux aux routes que vous prendrez.
Outre la monte de roues, ce type de vélo possède à mon sens 2 avantages :
Avoir un cintre de route plus large pour la prise en bas du cintre. De cette manière, vous pourrez utiliser une  sacoche de cintre sans problème et pouvoir utiliser le bas de votre cintre à titre d’exemple le cintre Deda Gravel 100 possède une largeur de 48cm AA en bas du cintre pour une largeur classique de 42cm AA en haut du cintre.
Enfin, pensez à équiper votre vélo d’éclairage de manière à être vu. En effet, même si vous n’envisagez pas de rouler de nuit, vous pouvez pour des raisons indépendantes de votre volonté avoir du retard sur votre planning et devoir rouler de nuit. Dans ce cas, il est bon de posséder un éclairage minimal permettant d’être vu. Un système permettant d’avoir un clignotement à l’avant et à l’arrière est suffisant. Si vous planifier d’avoir des périodes de déplacement durant la nuit, alors dans ce cas, il est nécessaire d’avoir un système d’éclairage avant de qualité et de fortes puissances par exemple : les produits Hope.
Un kit de réparation est à prévoir. Il faut voir trouver le bon compromis pour ne pas prendre une caisse à outils complète et rester sur le bord de la route à la première galère mécanique. Voici une proposition raisonnable.
 
    • Une pompe de bonne qualité pour mettre jusqu’à 11 bars (par exemple un Lezine)
    • 2 chambres à air
    • 2 démonte-pneus
    • 1 multi outils
    • 1 morceau de pneu (dans le cas où vous vendriez à couper un pneu)
    • 1 une attache rapide

BikePacking - Brasserie Vézelay

 

La bagagerie

En ce qui concerne la bagagerie, le grand classique est d’avoir à minima : une sacoche de selle d’une capacité de 15 à 20L. Il vous faudra choisir un modèle qui est suffisamment rigide et permettant une bonne fixation sur la tige de selle voir un modèle permettant une reprise avec une sangle supplémentaire sur les haubans. Ceci vous permettra d’avoir un sac qui ne bouge pas trop quand vous vous mettrez en danseuse, mais soyons clair, ce type de sac bouge dans les cas. Enfin, je vous conseille d’opter pour un sac qui se ferme avec un système de compression comme les sacs de compression de randonnée.
En complément de cette sacoche de selle, une seconde sacoche sera indispensable. Je vous conseille d’opter pour une sacoche de cintre. En effet, son poids permettra d’équilibrer la masse avec l’arrière et d’avoir un volume de chargement important c’est-à-dire 8 à 10 L.
J’ajouterais qu’il est très pratique, voir nécessaire que votre sacoche soit équipée par des liens élastiques permettant de transporter des éléments à l’extérieur du sac :
    • des objets ne craignant pas la pluie par exemple : la veste goretex (ou plus généralement la veste de pluie) ou une paire de tongs
    • des objets en cours de séchage serviette, chaussette
À ce stade, vous voyez que le volume de portage est de 23 à 30 L. C’est assez peu! Ceux qui pratiquent le trekking pourront confirmer qu’avec un sac de 25 à 30 L on ne peut pas faire de randonnée longue en autonomie avec le nécessaire de couchage et pour cuisiner. Les MUL, comprenez : Marcheur Ultra Léger, utilisent généralement un sac autour de 45L soit 50% de plus que la bagagerie que je viens de présenter. À moins que vous n’utilisiez pas d’éléments de couchage et de cuisine, il vous sera nécessaire d’avoir quelques bagages supplémentaires permettant d’avoir autour de 5 à 7 L supplémentaires. Il existe pour cela plusieurs options qui peuvent être cumulées entre elles :
 
    • la sacoche de cadre qui s’insère dans le triangle principal du vélo. Elle existe de différente taille. Les plus volumineuses obligent à supprimer les porte-bidons.
    • une sur-sacoche de cintre. Cette sacoche se rajoute sur la sacoche de cintre et permet d’avoir 4 à 5 L supplémentaires.
    • la sacoche de tube supérieur (top-tube). C’est peu de volume supplémentaire, mais ça peut être pratique pour garder des éléments à portée de main par exemple de la nourriture du matériel photo et/ou vidéo.
    • les poches du maillot. Et oui votre maillot vous permet de stocker un certain nombre de choses notamment des éléments qui seront utilisés en cours de route (nourriture, téléphone, argent, CB…). Attention à ne pas trop en mettre, ce n’est jamais super agréable d’avoir les poches de maillot chargé à ras bord!
    • le sac à dos. Mauvaise option, mais option possible!!! Vous pouvez ainsi embarquer un gros volume, mais après votre position sur le vélo est impacté ce qui a des implications ergonomiques, biomécaniques et aérodynamiques. Si vous êtes en mode rapide, oubliez cette option!

BikePacking - Bagage Rapha - Materiel

 

Les vêtements

 
On maintenant les éléments qui vont dépendre énormément du niveau de confort que chacun souhaite avoir et ceci est très personnel.
Dans un premier temps considérons les vêtement que vous aurez sur vous (NB : nous supposons que vous ne réaliserer pas votre périple en plein hiver) :
    • un cuissard
    • un maillot
    • une paire de chausette
    • une paire de gants
    • un casque
    • une paire de lunettes de soleil
 
NB : une bonne alternative au cuissard + maillot est une combinaison
 
Poursuivons avec les accessoires pour s’adapter à différentes conditions :
    • une veste imperméable
    • un coupe vent sans manche
    • des manchettes
    • des jambières ou genouillières (suivant la période de l’année)
    • des couvres chaussures
    • une gants longs (suivant la période de l’année)
    • des chaussures de vélo
 
Enfin les vêtements de rechanges :
 
    • des chaussettes
    • un cuissard (certains font sans et lave tous les jours kit à partir avec un maillot mouillé)
    • un maillot (certains font sans et lave tous les jours kit à partir avec un cuissard mouillé)
 
Les vêtements de camp et de nuit :
Ces vêtements vous serviront pour dormir et pour aller en ville sans porter vos vêtement de cyclisme. Ces vêtements peuvent également dépanner en cas de conditions froides!
 
    • une doudoune
    • une collant mérinos
    • une paire de chaussette mérinos
    • un sous-vêtement manches longues en mérinos
    • un short
    • une paire de thongs ou qqch de ce genre
    • un bonnet
 

Le couchage

Pour le couchage, il existe 2 possibilités la tente ou le hamac. La tente est plus versatile, mais le hamac est plus confortable, mais nécessite de trouver 2 arbres. Détaillons ce dont vous aurez besoin dans les 2 cas.
 
Hamac :
    • Hamac
    • Fixation
    • Moustiquaire
    • Tarp (protection contre la pluie)
    • Under Quilt si les températures sont sous les 10°C
    • Top Quilt ou sac de couchage
    • Drap de sac pour protéger votre sac de couchage
    • Un oreiller gonflable
 
Tente :
    • Tente
    • Tapis de sol pour mettre sous la tente
    • Quilt ou sac de couchage
    • Matelas gonflable
    • Un oreiller gonflable
 
À cela, il est nécessaire d’ajouter une petite lampe frontale. Sur ce créneau, la petz bindi réalise très bien le travail.

BikePacking - Hamac - 1 BikePacking - Hamac - 2

 
 

L’hygiène

En ce qui concerne le nécessaire pour faire sa toilette, à la vue de la restriction de place dans vos bagages, il faut penser minimaliste. Il est bon de prévoir une petite serviette en microfibre, d’une taille de 40cmx30cm est suffisante.
Un peu de savon sera nécessaire. J’utilise un savon universel de chez Sea to Summit  qui permet de faire sa lessive, sa toilette et la vaisselle.
Un évier portable de 10L est vraiment très pratique. Le modèle de chez Sea to Summit est un must. Ce sac vous permet de collecter une dizaine de litres d’eau et vous sert d’évier, de cuvette… afin de faire votre toilette, votre lessive et votre vaisselle. Ceci permet d’éviter de polluer les cours d’eau en faisant les tâches précédemment mentionnées directement dans un cours d’eau. Pensez aux utilisateurs qui prélèvent de l’eau en aval, ils n’ont pas besoin de boire vos eaux savonneuses et sales. Précisons également que si vous ne possédez pas un accès à un réseau d’eaux usées, il convient de vider vos eaux sales sur un terrain éloigné d’au moins 100m d’un cours d’eau afin que la terre puisse filtrer avant que ces eaux rejoignent un cours d’eau.
 
BikePacking - Evier Sea to Summit
 
Il vous faudra également une brosse à dents et du dentifrice en format de voyage, un peu de papier toilette et quelques médicaments contre les douleurs, les vomissements et les diarrhées.
Une lime à ongles pour l’entretien de vos pieds en particulier et un couteau suisse avec une petite paire de ciseaux pour couper pansements et/ou bandes.
 
Le nécessaire pour faire à manger
Dans l’optique de pouvoir se faire à manger, il est nécessaire d’avoir :
    • un réchaud et son carburant
    • une popote
    • un gobelet si possible rétractable
    • une fourchette et une cuillère ou une spork résultat d’une fusion entre une cuillère et une fourchette
    • une éponge ou une étoupe pour faire la vaisselle
 

Conclusion

 
Nous espérons ici que ces quelques conseils vous permettront de planifier votre premier périple en BikePacking et vous aidez à vous équiper pour préparer au mieux ce voyage.
Nous vous invitons à suivre notre chaine YouTube où vous trouverez la présentation de notre
 

Liens externes : 

 
Ma liste personnelle de matériel LighterPack pour le BikePacking. NB : Ligther est un site qui permet de lister votre matériel et de le partager. En parcourant ces listes, cela permettant de vous faire une idée sur les habitudes de chacun et trouver des idées pour remplacer ou abandonner certains éléments de votre propre liste.
Le site bikepacking.com regroupe un tas d’information et d’expérience utilisateur qui pourront vous donner des idées pour composer votre périple et vous équipe
 

4 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.