Frédéric Grappe présente des résultats d’une étude de l’apport des plateaux O’Symetric

Cela faisait partie des tweets de Frédéric Grappe ce matin, où il publiait un liens vers le rapport de Master 2 de l’UPFR STAPS de Besançon qu’il a encadré.

Voici le liens vers ces travaux.

L’objet de l’étude est très intéressante car elle essaye d’apporter des réponses à un sujet de discorde : l’apport des plateaux non ronds. En effet, aborder un sujet comme celui-ci sur un blog ou un forum est digne d’un bon vieux Troll Poilu. Si vous voulez vous en persuader allez jeter un œil aux commentaires du blog de Guillaume Robert quand il aborde le sujet.

Je ne ferais pas une review scientifique du rapport, je pourrais mais il me manque des informations pour que cette review soit pertinente et juste ! Je fais donc ici un très bref résumé de l’article, à vous de vous plonger dedans si vous voulez approfondir 😉

Ce rapport est intitulé : EFFET DE L’UTILISATION DU PLATEAU O’SYMETRIC SUR LA PERFORMANCE DU CYCLISTE, il est publié par Nicolas Rambier.

Plateaux Osymétric, Frederic Grappe

La motivation était d’essayer de faire le point sur l’apport des plateaux O’symétric de façon factuelle et loin de l’agitation médiatique de la grande messe de juillet.

L’hypothèse de travail à valider ou rejeter est que les plateaux O’symétric modifie le pattern de pédalage de manière à améliorer significativement le la performance.

Protocole en labo et sur le terrain

Pour cela un protocole de test en a été mis au point. Il comprend une partie en laboratoire et une partie sur le terrain.

  • Le test de laboratoire contient des tests de sprint (véloce, fréquence de pédalage optimal, en force) et un test de PMA.
  • Le test terrain contient un test sur 20’, 5’ et des sprints (véloce, fréquence de pédalage optimal, en force).

Ces tests sont réalisés par un échantillon de 10 coureurs (DN3) et Triathlètes.

Il ressort que pour les tests qu’il n’y a pas différences significatives au niveau de la puissance développée. On notera que les cobayes ont donné des informations sur la notion de « plaisir » et qu’au final, les plateaux o’symetric leur donnent seulement satisfaction pour des puissances au-dessus de seuil (I4 et début de I5 exactement). L’auteur en déduit, également, que la zone de confort au niveau de la fréquence de pédalage est comprise entre 90-102 rpm.

apport d’environ 2% sur le terrain pour des efforts de 20min

En ce qui concerne les résultats de test sur le terrain, on voit apparaître, comme le souligne l’auteur, un apport un peu plus significatif au niveau de la puissance(+2.2% – c’est mon chiffre, je n’apprécie pas la métrique utilisée) et également une fréquence de pédalage plus élevée.

Je ne tirerais pas de conclusion dans ce billet, car même si cette étude est sérieuse, je pense que l’étudiant à réaliser le maximum dans le temps imparti et très court (quelques mois), mais il y a quelques points qu’il semble important d’approfondir :

  • augmenter la taille de l’échantillon et surtout avec des profils de coureurs plus hétéroclites
  • catégoriser la population en fonction de différents critères (spécialité, particularité musculaire…) et voir si un ou des groupes sont plus sensibles aux plateaux O’Symetric

En tous cas, on ne peut que remercier Frédéric Grappe de partager ses travaux de façon à se faire une idée soi-même d’un produit sans la pression du marketing et des médias !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.